L’enseignement supérieur en Algérie, comme ailleurs dans le monde, se trouve confronté à plusieurs défis qui incluent : croissance des effectifs (massification) ; augmentation du chômage des diplômés ; exigence accrue de la qualité et de la pertinence ; diversification des enseignements ; ouverture de l’activité au secteur privé et, dimension de l’internationalisation.

Face à ces défis l’enseignement supérieur doit être apte à offrir un corps enseignant efficace et compétent soutenu par un personnel technique et d'appui ; fournir un environnement d'étude efficace, former des diplômés compétents capables d’innover et créer chacun selon son domaine.

En conséquence, les établissements de l'enseignement supérieur doivent reconsidérer leurs méthodes (traditionnelles) de travail et ce d’une manière réfléchie. Ce qui a conduit à l’organisation d’un Colloque International par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, en collaboration avec la Banque Mondiale, les 1er et  2 juin 2008 à Alger, et auquel ont participé tous les chefs d’établissements du supérieur, accompagnés des enseignants désignés pour assister les chefs d’établissement à la mise en place et à la promotion des dispositifs d’assurance qualité.

Ce colloque a réuni aussi des chercheurs de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique), de l’UNESCO et des responsables de systèmes d’assurance qualité dans le monde arabe.

De ce colloque il en est ressorti comme idée majeur d’introduire la notion Assurance Qualité  dans tous les établissements d'enseignement supérieur en Algérie. Des textes la régissant ont été promulgués par la tutelle rendant son application certaine.

L’Ecole Préparatoire aux Sciences et Techniques d’Annaba, n'étant pas une exception, a procédé à l’installation de sa cellule « Assurance Qualité » en 2012. Cette cellule est composée de membres qualifiés et compétents qui visent à atteindre les objectifs qui lui ont été assignés.